Tout un lycée se retrouve transporté sur une lointaine planète où la flore et la faune semblent plutôt hostiles — en lisant ce livre on se rend compte que c’est un doux euphémisme. Ce n’est pas très rationnel car aucune explication n’est fournie au lecteur. Mais c’est un point de départ, c’est comme ça. On dirait un sujet de rédaction. A partir de là, imaginez ce qui va arriver, écrivez la suite. Et la suite en question est plus qu’intéressante.

Entre l’organisation des groupes, l’exploration, la découverte et la lutte pour la survie, il y a de quoi à s’occuper dans un monde où l’on ira de surprises en surprises. Difficile de s’attendre à quoi que ce soit puisque rien ou presque n’est rationnel. Ce n’est pas une nième version de Sa majesté des mouches puisque les enfants ne sont pas seuls, mais encadrés — si l’on peut dire — par le personnel du lycée. D’ailleurs l’entente entre ces deux groupes n’est pas au beau fixe et s’est à se demander qui des deux sera le plus raisonnable.

Comme il est impossible de prévoir ce qu’il va se passer la lecture est captivante et riche en surprises. On finit par intégrer petit à petit cet univers qui paraît complètement invraisemblable au départ et on a du mal à lâcher le livre. Mon seul bémol concerne les dessins qui n’ont aucun charme et sont enlaidis par des couleurs criardes. Mis à part ce bémol esthétique, je conseille la lecture et, de mon côté, je vais tenter de mettre la main sur le second tome très rapidement.


Michael Dialynas & James Tynion IV, The Woods, #1, Ankama éditions, 2016, Amazon.