Si vous cherchez un livre sur l’histoire de Linux et plus généralement sur celle du mouvement open source, vous l’avez trouvé. Glyn Moody nous propose une longue page d’histoire qui part des origines aux années 2000. Tout ou presque est abordé dans ce livre: la technologie, les hommes, la philosophie et l’économie.

On verra comment le travail d’un étudiant a fini par être adopté par l’ensemble des fabricants de machines professionnelles et fait aujourd’hui tourner Internet et tous les vendeurs de cloud — même Microsoft vient de sortir son propre Linux (Azure Sphere), c’est dire ! Cette véritable prouesse n’a été rendue possible que par un subtil équilibre entre des bénévoles, des militants et des entreprises. Les bénévoles sont la cheville ouvrière, ils ont toujours contribué avec enthousiasme. Les militants, dont la figure de proue est Richard Stallman, peuvent être considérés comme les gardiens du temple du monde libre. Enfin, les entreprises sont les émanations des intérêts économiques, elles ont irrigué cet écosystème avec de l’argent, mais elles ont aussi contribué d’une autre manière. Elles ont donné la caution, les garanties professionnelles nécessaires à l’adoption de ces logiciels à grande échelle au sein des entreprises. Je pense en particulier à Red Hat, mais aussi à IBM qui a fait le choix courageux d’abandonner certaines lignes de produits comme les serveurs web au profit de leur équivalent open source. En faisant ce choix ils ont envoyé un message fort, mais ont aussi très concrètement contribué à leur développement en investissant des moyens humains importants dans leur développement. Cette politique a donné le jour à un logiciel comme Apache — et à la fondation qui porte son nom — qui est devenu la référence dans le domaine.

Ce mode de développement n’appartient pas au passé, il a plus que jamais de l’avenir. Il permet de développer des logiciels fiables et performants confrontés dès le départ à une communauté non seulement d’utilisateurs, mais surtout d’experts qui a la possibilité — de façon de plus en plus aisée — de contribuer pour les améliorer. Des entreprises peuvent s’appuyer sur ces socles, ces briques de base, pour fournir des solutions clés en main, des distributions, des services ou simplement du support et répondre ainsi aux besoins des utilisateurs professionnels. La récente acquisition de GitHub par Microsoft en est la meilleure illustration. Un symbole de l’open source racheté par le symbole du closed source (code source non publié).

J’ai lu quelques livres sur le sujet,

  • Hackers1 un peu trop complexe à mon goût — ou au moins pour mon niveau d’anglais
  • Just for Fun: The Story of an Accidental Revolutionary2 à éviter
  • The Art of UNIX Programming3 bien plus technique à réserver à des lecteurs professionnels du domaine

mais celui-ci est de loin le meilleur tant sur le fond que sur la forme. Je le conseille sans réserve. Si vous êtes intéressés par le sujet de l’open source je conseille également la lecture du très bon Dreaming in Code


Glyn Moody, Rebel Code: Linux And The Open Source Revolution, Basic Books, 2001, 344 p, Amazon.


  1. Steven Levy, Hackers, 25th Anniversary ed., O′Reilly, 2010, 528 p, Amazon

  2. Linus Torvalds & David Diamond, Just for Fun: The Story of an Accidental Revolutionary, Reprint., HarperBusiness, 2002, 288 p, Amazon

  3. Eric S. Raymond, The Art of UNIX Programming, 01 éd., Addison Wesley, 2003, 560 p, Amazon