Cet album est le deuxième d’une collection initiée en 2006 intitulée Une aventure de Spirou et Fantasio par … Le titre de la collection parle de lui-même et offre à des auteurs et des dessinateurs de talent l’occasion de se frotter à l’un des mythes de la bande dessinée franco-belge. Le duo Yoann (Chivard) / Fabien Vehlmann a ouvert la voie et c’est Franck Le Gall qui a pris la suite en solo. Enfin je parle de suite alors qu’il s’agit de one shots qui n’interfèrent pas avec la série principale.

Le papa de Théodore Poussin — d’ailleurs Fantasio lui ressemble un peu ou je rêve — a choisi un style classique pour rendre hommage à ces héros. Ce choix naturel pour lui profondément ancré dans la tradition franco-belge s’avère payant sur la partie graphique — surtout pour les décors. Les dessins en ligne claire nous replongent immédiatement et fort agréablement — il faut bien l’avouer — dans nos souvenirs d’enfance.

Côté scénario c’est un peu plus compliqué. L’auteur a construit une histoire de voyages dans le temps, ce qui pourrait paraître moderne au premier abord, mais qui — en incluant le paradoxe spatio-temporel — est en fait l’un des plus vieux thème de la science fiction. Là aussi l’effet madeleine opère, mais pas pour les mêmes raisons. Ce scenario, au mieux désuet, rappelle ceux de nos jeunes années que nous avons eu l’amère déception de relire à l’age adulte — et encore je vous épargne l’utilisation de l’argot, les noms de personnages comme Nénesse et l’humour gentillet. Est-ce volontaire ou pas, a-t-il voulu jouer complètement la carte du rétro pour réveiller notre nostalgie ? Dans tous les cas le voyage dans le temps fonctionne tellement bien que j’ai eu l’impression de tenir entre les mains un album de l’âge d’or de Spirou et Fantasio. Et ça, c’est déjà pas mal.


Frank Le Gall, Les marais du temps, Dupuis, 2007, 64 p, Amazon.