Au Bon Roman

~ Journal de Lecture(s) ~

Civil War (intégrale)

BD


L’idée est géniale, pourquoi n’y ont-ils pas pensé plus tôt ! Les super-héros sont surpuissants, ce sont eux qui assurent la protection de la terre. Mais c’est un peu à leur bon vouloir puisqu’ils n’appartiennent à aucune organisation – enfin, si on excepte le SHIELD. Certains jouent en solo et d’autres font partie de groupes aux motivations pas toujours très claires. Leurs interventions font parfois des dégâts et seul un super-héros est capable d’arrêter un autre super-héros. Le gouvernement américain et la population trouvent cette situation de plus en plus inconfortable et lorsqu’un accident survient – un écho au 11 septembre –, c’est l’étincelle qui met le feu aux poudres. L’état décide de légiférer en faisant voter le Super-Human Registration Act qui oblige les super-héros à s’enregistrer, c’est-à-dire à déclarer leur identité auprès du gouvernement, sous peine de devenir tout simplement un hors la loi.

Vous ne rêvez pas, on est bien en train de leur demander de tomber le masque. Autant dire l’essence des super-héros, l’accessoire qu’ils revêtent pour protéger leur identité – c’est vrai que Superman n’en porte pas, je n’ai toujours pas compris pourquoi personne ne le reconnaît, mais laissons tomber, il fait partie de l’autre univers, DC. Le plus ardent défenseur du programme n’est autre qu’Iron Man, le génial Tony Stark et le plus farouche opposant est, contre toute attente, celui qui arbore la bannière étoilée sur son costume, Captain America. Chaque héros doit faire son examen de conscience et choisir son camp. Quel risque fait-il courir à ses proches en se démasquant et s’il ne le fait pas, doit-il pour autant être considéré comme un fugitif alors qu’il a sauvé autant de vies ?

Voilà, le décor est planté, c’est parti pour la grande épopée. Action et intrigues politiques s’entremêlent pour le plus grand plaisir du lecteur. Enfin il y a quand même beaucoup de politique. Les propos tenus par les protagonistes de l’histoire pourraient bien l’être par des hommes politiques. Le truc c’est qu’ils ne portent pas le même costume, ils sont plus habitués aux collants qu’à la cravate.

Cet évènement majeur dans l’univers Marvel a des répercussions sur toutes les séries de l’éditeur – et il y a du monde (voir ici pour la liste des titres composant Civil War) et aura des conséquences irréversibles sur cet univers – enfin chez Marvel rien n’est vraiment irréversible. Ce que j’ai fait et que je conseille de faire et de ne pas se limiter à la série principale Civil War, mais de tout lire l’ordre chronologique. C’est un régal, chaque évènement et analysé et à des conséquences différentes en fonction des points de vues.

Comme dans House of M, ce scénario donne lieu à une grande redistribution des cartes. Les opinions peuvent être divergentes et évoluer même au sein d’une même équipe – voire d’une même famille. Des alliances inédites vont se former et c’est une chose assez jubilatoire pour tout fan de Marvel.

Maintenant, fini de rire, il va falloir choisir un camp.


Mark Millar, Civil War, Panini, 2007, 196 p, Amazon.