Au Bon Roman

Book lover_

Une case en moins

Ellen Forney est une artiste, une dessinatrice de BD. A 30 ans on lui a diagnostiqué ce qui est référencé en tant que “Syndrome Bipolaire I, 296.4” dans le DSM IV (Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders) – autrement dit, la bible des psychiatres américains. Ce diagnostic explique l’alternance de phases survoltées (maniaques) et de phases de déprime.

Elle démarre alors un traitement tout en étant obsédé par une chose.

Si je choisis de prendre des médicaments, est-ce au détriment de ma créativité ?

Inquiétude bien légitime que chacun devrait avoir à l’esprit lorsqu’il prend des médicaments influant sur son caractère. Mais elle l’est encore plus lorsque l’on exerce un métier artistique dans lequel la créativité joue un rôle primordial, vital même. Elle en vient même à se demander si ce n’est pas la maladie qui est à l’origine de sa créativité. Elle nourrit alors une obsession pour ce qu’elle appelle le Club Van Gogh. Il regroupe de nombreux artistes, poètes et écrivains parmi lesquels on peut citer, outre Van Gogh lui-même: Michel-Ange, Paul Gauguin, Edvard Munch, Sylvia Plath, William Styron ou encore Virginia Woolf. De nombreuses études ont été menées sur ce lien entre le génie et la folie, voici au passage un livre sur ce sujet dont j’avais noté la référence Le Génie et la Folie 1.

Elle raconte tout ceci (sa maladie, son traitement et ses questionnements) avec une précision et une sincérité extrême. Elle raconte des choses que certains n’avoueraient pas en privé, dans l’intimité du cabinet d’un psychiatre. Le médium (la bande dessinée) apporte un gros plus car ce qu’elle ressent est difficile à retranscrire par des mots. Là où les mots sont moins efficaces, le dessin excelle. Ainsi ses dessins lors des phases de dépression sont très expressifs et donnent au lecteur une photo de son état psychique interne – le nid au bout de la branche de l’arbre en hiver évoque mieux que des mots sa fragilité et de son désespoir. A contrario, ils sont gaies, pétillants, foisonnants lorsqu’il s’agit d’illustrer – ou de vivre – des phases d’excitation. On pourrait également considérer qu’elle les utilise comme un outil dans le cadre de sa thérapie.

Il me semble que ce livre constitue un document important sur cette maladie dont souffrent, à divers degrés, un grand nombre de personnes. Ellen Forney a réussi quelque chose d’original – à son image –, de sincère et de bien documenté. Elle parvient malgré tout à analyser la situation et à rester positive. Si le sujet vous intéresse, je vous recommande d’autres lectures:

Deux petits bémols pour terminer qui ne seront je l’espère pas de nature à vous détourner de la lecture de ce livre. Tout d’abord, et même si je trouve le projet intéressant et parfaitement réalisé, je dois avouer que j’ai ressenti quelques longueurs – j’ai eu un peu de mal à en venir à bout et il a trop longtemps trainé sur ma table de chevet. Enfin, et même si ça n’a pas beaucoup d’importance, le jeu de mot pas très flatteur du titre ne sert pas cette BD. Le titre original est Marbles qui signifie billes (comme le jeu), mais qui est surtout utilisé à la place de boule dans l’expression “perdre la boule”. Rien à voir avec le jeu de mots simpliste retenu pour la version française du titre.


Ellen Forney, Une case en moins – La Dépression, Michel-Ange et moi, Delcourt, coll. « Outsider », 2013, 256 p, Amazon.


  1. Philippe Brenot, Le Génie et la Folie, Odile Jacob, 2011, 246 p, Amazon