Goldfish – qui signifie poisson rouge et non poisson d’or – est un ancien petit truand dans le genre arnaqueur, spécialisé dans le jeu de cartes et le bonneteau. Il refait surface dans sa ville, Cleveland, après l’avoir quittée dix ans plus tôt pour récupérer un bien qui lui est cher. Pour cela, il va devoir se frotter à son ancienne compagne devenue depuis la reine du crime organisé.

Brian Michael Bendis connu et reconnu en tant que scénariste pour ses séries policières Sam & Twitch, Powers et Alias réalise ici scénario et dessins comme dans le très bon Torso1. Les dessins sont en noir et blanc – plutôt en noir qu’en blanc d’ailleurs – et sont parfois agrémentés de collages de photographies. Mais l’originalité n’est pas là et se situe plutôt dans la mise en page. Brian Michael Bendis est un auteur très inventif en la matière et est un adepte des effets de style. Il utilise des techniques d’agencement des cases ou de répétition afin de créer, un peu à la manière d’un metteur en scène, des effets visuels. Dans ce livre, il a notamment exploité l’ascenseur du casino pour créer des scènes très réussies. Ce n’est pas l’essentiel mais cette technique confère à ce polar une ambiance noire très efficace et esthétique. L’histoire est sympathique sans être renversante ni très originale. J’avais gardé un meilleur souvenir de Torso mais cette BD reste tout de même une très bonne lecture.

Goldfish est un one shot publié dans la collection Noir des éditions Semic qui ont malheureusement fermé leur porte. Vous aurez donc certainement un peu de mal à le trouver à moins de l’acheter d’occasion ou en VO. Peut-être que le successeur de Semic Panini Comics aura la bonne idée de rééditer ce titre comme il l’a fait pour Powers.


Brian-Michael Bendis, Goldfish, Semic, 2003, 272 p, Amazon.


  1. Brian-Michael Bendis, Torso, Semic, 2007, Amazon