Au Bon Roman

~ Journal de Lecture(s) ~

Polina

BD


J’ai longtemps hésité avant de me résoudre à acheter ce livre. Comme beaucoup, j’ai d’abord été attiré par la couverture. Elle est magnifique. Que dire, le mouvement, le regard, toute l’émotion qui passe au travers de quelques traits. D’un autre côté, je me disais “hé mon gars, tu es en train d’acheter un livre sur la danse qui cache surement en prime une histoire d’amour !”. Pour satisfaire ma curiosité et être en paix avec ma conscience, j’ai finalement décidé de l’acheter en cadeau à quelqu’un de proche. Vous l’aurez compris, je n’ai pas tardé à mettre la main dessus.

Mes impressions ? Globalement bonnes sans être extraordinaires. C’est une histoire originale et intéressante qui est racontée avec talent et grâce. C’est vraiment la relation entre l’élève et le maître qui est au centre du récit et qui le tire vers le haut. La froide attirance entre ce maître sévère, exigeant et souvent désagréable et cette jeune fille qu’il a connu toute petite depuis ses débuts dans le monde de la danse. Ce lien véhicule beaucoup d’émotion et, en marge de la vie de Polina, on ne peut s’empêcher de penser à celle de cet homme que l’on imagine toute entière dévouée à sa passion: la danse. L’histoire de la jeune fille, Polina, dont le récit balaie une grande partie de sa vie m’a moins intéressé. Seule sa détermination et son engagement m’ont marqué. Enfin, comment terminer sans parler des dessins. Je dois avouer que c’est bluffant de faire passer autant de choses en seulement quelques traits – ce que je dis n’est pas réducteur bien au contraire. A ce niveau là, je pense qu’il faut parler d’un don.


Bastien Vivès, Polina, Casterman, coll. “KSTR”, 2011, 210 p, Amazon.