Au Bon Roman|

Books_

La peau froide

La peau froide est un roman protéiforme relatant les aventures d’un naufragé volontaire, flanqué d’un Vendredi acariâtre, qui a débarqué dans un monde tout droit sorti de l’esprit de Stephen King. On pourrait croire, dès lors, que l’on a entre les mains un énième roman d’horreur où le héros doit lutter pour sa survie. Oui, mais on ne peut pas le résumer à ça. Et c’est justement là qu’il réussit le tour de force de proposer une aventure omniprésente et bien rythmée au service des problématiques de fond qui sont abordées. Au fil de ce huis clos narré par un ethnologue, nous allons explorer les rivages de la différence, de la peur de l’autre, de l’instinct guerrier, de la solitude, de l’amour et de la folie.

L’atmosphère, comme le laisse sous-entendre le titre du roman, est étrange un peu comme la sensation, à la fois répugnante et attirante, éprouvée lorsque l’on touche un reptile. Il nous apprend qu’il faut parfois sortir de notre tour d’ivoire pour rencontrer les autres et, en mettant en scène une boucle étrange, que nul n’est à l’abri de la folie.


Albert Sanchez Pinol, La peau froide, traduit par Marianne Millon, Actes Sud, coll. « Babel », 2006, 259 p, Amazon.