Au Bon Roman

Book lover_

La chaise Klumbert

Pour son premier roman, JP Christopher Malitte nous plonge dans l’univers d’un designer. Pour mieux nous ancrer dans la réalité, il emploie, à la manière d’un Bret Easton Ellis, une profusion de détails et jalonne son récit de véritables panneaux publicitaires. Humbert Klumbert est, à l’image de la chaise qu’il a créée, lisse, rigide et ses journées se ressemblent tant que l’on pourrait les empiler. Cet homme, hypocondriaque et souffrant de troubles obsessionnels compulsifs (les fameux TOC), a émigré aux États-Unis non pas pour concevoir sa chaise, mais pour s’en débarrasser. Pourquoi ? Sa principale utilité serait-elle le fruit d’un hasard qu’il s’acharne tant à maîtriser ?

Le récit est morcelé dans l’espace et dans le temps et seule la chaise réussit à se glisser discrètement dans les lieux visités. L’auteur nous décrit d’abord les pièces d’un puzzle avant des les assembler sous nos yeux. JP Christopher Malitte, qui aurait pu se contenter d’exploiter ce personnage atypique, va développer peu à peu une intrigue digne d’un véritable polar. A l’instar de la vie de Klumbert tout va dérégler et évoluer peu à peu de l’ordre absolu à l’anarchie.


JP Christopher Malitte, La chaise Klumbert, Actes Sud, 2007, 188 p, Amazon.